Portrait de Édouard Fabre

En courant sur la rue Briand dans Ville-Émard, vous pourriez découvrir un parc du nom d’un grand coureur montréalais. Il s’agit du légendaire et trop méconnu Édouard Fabre. Il s’agit du premier coureur québécois à remporter le mythique marathon de Boston, le 19 avril 1915. Il est né à Ste-Geneviève le 21 août 1888 de parents canadiens-français. Il est devenu orphelin à un jeune âge, et fut placé dans un orphelinat dans St-Henri à Montréal. Il se serait sauvé à pied par le pont Victoria, avant de se cacher dans un buisson, complètement exténué. Le lendemain, des Iroquois l’auraient secouru, et il est demeuré avec eux sur la réserve iroquoise de Caughnawaga. C’est à cet endroit qu’il aurait été initié à la course à pied.

 

Il a gagné sa première à St-Henri en 1904. Deux ans plus tard, il se présentait aux Jeux olympiques pour la première fois, avant de répéter l’exploit en 1908 et 1912.

 

Lors de l’année de sa victoire à Boston, il avait accumulé plus de 1000 kilomètres lors des trois mois précédents la grande course. Le chemin pour se rendre à sa cinquième présence à Boston fut parsemé d’embûches. Il a souffert durant l’hiver précédent d’une infection aux reins qui l’a ralenti dans son entraînement. Par ailleurs, il a été frappé d’un fort rhume la semaine précédente l’événement. Il s’est donc présenté sur la ligne de départ avec le doute qui l’habitait au côté des soixante-cinq autres coureurs. Après une course, chaudement disputée, il a remporté la course par moins de deux secondes en 2:31:41. Durant la même année, il remporte celui de San Francisco. Il a aussi remporté les marathons de Détroit (1918), Cleveland (1919) et Saint Louis (1921).

 

En fouillant, j’ai aussi trouvé un exploit remarquable, soit la victoire du Usher’s Green Strike Snowshoe Marathon. Il s’agit d’une course de raquette en six étapes dans la neige de 300km, de Québec jusqu’à Montréal  qui se termine dans l’enceinte du Forum de Montréal. Il a réalisé ce fait d’armes au début de février 1930. Il remporta la course en 34h18

 

Il est décédé le 1er juillet 1939.  Il fut intronisé au Temple de la renommée des sports du Canada en 1964. Il se retrouve au cimetière Notre-Dame-des-Neiges, à Montréal.

1 Trackback / Pingback

  1. Entre deux marathons, il faut bien courir – Courir pour s'évader

Laisser un commentaire