10e semaine de préparation pour le marathon des érables

Débutons par le résumé du mois de mars 2016. Un total de 21 sorties pour 268 kilomètres et 16 records personnels sur divers segments ou distances dans Strava. Il s’agit de quatorze kilomètres de plus que le mois de février. J’amorce maintenant le dernier mois avant le marathon des érables!

 

Cette semaine fut très difficile. Dès lundi, j’ai commencé une légère fièvre accompagnée d’une toux profonde. Mon appétit s’est envolé avec ce virus et mon énergie s’est dissipée pendant les deux seules interminables journées que j’ai travaillées! Le seul point « positif » c’est que j’ai perdu cinq livres.

Semaine 10 de 14
55.8km
4 h 52
104 m+

Le mardi 29 mars 2016
SEM10-1
De retour du boulot, complètement exténué et probablement encore fiévreux, je suis parti à l’aventure dans ce premier entraînement de la semaine. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, je me suis dit que j’irais au feeling. J’ai finalement réussi à maintenir trois kilomètres en 4:23/km, et le reste j’ai survécu avec un énorme mal de cœur en plus d’être étourdi. Je me sentais un peu con de m’entraîner dans cet état, mais je ne voulais pas m’éloigner de mon plan d’entraînement. À mon retour à la maison, j’ai esquivé le souper, je me suis faufilé dans la douche pour ensuite m’exiler dans mon lit. Malheureusement, je me sentais trop mal, j’ai dormi si l’on considère que j’étais au lit, mais la réalité est que je me suis battu avec des moutons qui ne voulaient pas se laisser compter!

Le vendredi 1 avril 2016

SEM10-2

Mercredi, je devais courir quarante minutes en finissant ma réunion, mais j’en étais incapable, complètement exténué, avec l’énergie dans les talons. Alors, je ne pouvais sauter un deuxième entraînement en ce jeudi, jour de congé hebdomadaire au boulot. Avant de m’élancer, j’ai contacté la garderie pour annoncer mon absence pour vendredi, car la nuit de mercredi a été aussi pénible. En raccrochant, j’ai été me coucher au lieu de courir. En allant chercher mon fils à l’Harmonie, j’ai arrêté à la pharmacie pour m’acheter un sirop anti-toux qui cause de la somnolence afin de m’aider à dormir.  Wow, drogue magique, une nuit complète de sommeil où vous auriez pu venir me cambrioler sans crainte. Ainsi, j’ai décidé de sortir vendredi pour un 11km avec cinq kilomètres au rythme marathon. Je résumerais ma sortie en disant que je crois que c’était une bonne simulation d’une fin de marathon, car je n’avais aucune énergie, je me battais avec chaque foulée.

Le samedi 2 avril 2016

SEM10-3

Samedi, c’est le moment de la longue. J’ai dormi deux bonnes nuits, j’ai mangé deux repas qui ressemble à des repas, alors mes jambes sont prêtent à courir un peu plus longtemps. Mais je me donne le mandat de courir au « easy pace ». Je devais faire 1 h 35, mais j’ai décidé de faire un demi par solidarité avec mon frère qui devait faire cette distance à quelques milliers de kilomètres d’ici, dans le pays des tornades. Je dirais que tout a bien été pour maintenir le rythme, mais j’ai dû travailler pas mal plus fort qu’à l’habitude.

 

Le dimanche 3 avril 2016

SEM10-4
Le froid est de retour sur Verdun. Mes poumons fragiles ne sont pas les plus emballés de ce revirement météorologique, mais c’est normal en avril. De là le proverbe, en avril ne te découvre pas d’un fil. J’ai ressorti ma cagoule pour empêcher l’air froid de me faire tousser. Première sortie du matin, avec Simon, son ami et le père de celui-ci. Nous avons fait un petit vingt minutes pour faire découvrir la course à pied à son ami. Au retour, le père de son ami m’a demandé s’il pouvait m’accompagner pour mon entraînement de quarante minutes. J’ai accepté avec plaisir et nous avons été un peu plus loin que le parc des rapides avant de revenir sur nos pas. En dialoguant d’un bout à l’autre, cela fait changement de mes monologues intérieurs!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire